Face FS113 Still Child

Face FS113 Still Child

20,000.00

Face FS113 Still Child, 2013

huile sur toile // oil on canvas // öl auf leinwand

edition : pièce unique // single piece // einzelstück

200 x 145 cm

prix sur demande // price on request // preis auf anfrage +337 82 05 33 55

exposition IDENTITE REVELEE à la mi*galerie, octobre/novembre 2015 // exhibition INDENTITE REVELEE at mi*galerie, october/november 2015 // ausstellung IDENTITE REVELEE in mi*galerie, oktober/november 2015 

Christoph Avella Bagur (France) // Courtesy Galerie Richard Paris/New York

Add To Cart

Avella-Bagur nous présente des archétypes de corps masculins et féminins qui se distinguent par la présence d’un second portrait aux couleurs chairs qui cherche à se positionner dans/sur le relief du mannequin. Les deux portraits ne coïncident jamais et l’artiste dans chaque tableau invente chaque fois de nouvelles juxtapositions. Il peint une peinture lisse et « propre » conforme au modèle de la standardisation de la production manufacturée. La peinture convulse les visages jusqu’à la difformité inquiétante et grotesque d’un El Greco ou d’un Goya.
Christophe Avella- Bagur donne à voir une interprétation résolument contemporaine de la peinture qui tout en s’inscrivant dans une histoire de la représentation, élabore une vision nouvelle de l’identité humaine configurée par l’univers virtuel.

Je peins en pensant à la longue lignée d'artistes qui m'ont précédés et avec lesquels je vis au quotidien comme avec de amis avec qui j'entretiendrais des relations spirituelles, mystiques. Je peins l'humain car il n'y a aucun autre sujet valable que celui de notre condition. Mes oeuvres exposent notre confrontation actuelle entre la standardisation de l'être, de la pensée, du mode de vie avec un humain disposant encore de son libre-arbitre, de son unicité, de ses défauts mais surtout de sa singularité. Mes oeuvres coalescent deux univers: un univers où l'Homme serait un produit sans âme, sortant d'une chaîne de production de grande série, interchangeable et donc sans valeur, sans morale et un second univers où la singularité de l'Etre serait ouverte aux possibles avec ses maladresses, ses tâtonnements, mais avec sa liberté d'agir et de choisir son destin. Voilà pourquoi mes œuvres exposent deux visages en lutte pour la suprématie, car le combat est âpre et personne n'est encore vainqueur.
                                                                  - Christophe Avella-Bagur