FRANCE CADET

 HOLOLECon n°32 (hologramme sur tablette)  /  Trophée de chasse (robot)  /  Ballerine (puzzle à assembler)

HOLOLECon n°32 (hologramme sur tablette)  /  Trophée de chasse (robot)  /  Ballerine (puzzle à assembler)

Précurseure de l'art robotique en France, membre du jury Le Cube en octobre 2015.
France Cadet explore la robotique et les nouveaux medias. Son travail aborde de façon ironique diverses questions de la science qui font débat.
Elle a tout d’abord étudié les sciences avant de se tourner vers des études artistiques. Connues pour ses installations robotiques et multimédia orientées vers le vivant qui combinent ces deux intérêts. Dans une grande partie de son travail elle utilise un robot chien du commerce sur lequel elle pratique des actes de chirurgie électroniques, elles les customise, les transforme et les reprogramme avec des comportements inhabituels. (...).

 

HoloLeçon n°32

Objectification sexuelle ou érotisme robotique ?
France Cadet détourne une fois de plus une leçon de séduction d’une célèbre marque de lingerie en transposant la leçon n°32 dans l’univers virtuel avec cette projection holographique.
Cette animation est réalisée à partir des fichiers 3D de la précédente sculpture en impression 3D : « CyberLeçon n°32 » qui représente un cyborg à son effigie en position agenouillé et poings liés, telles ces poupées à visage humain en vogue au Japon.
Cet androïde, au corps artificiel et au visage humain mais froid, semble-t-il doté d’émotions et de désir sexuels ou plutôt d’une obéissance programmée exemplaire ? Ambivalence dominant dominé, question de désirs et de perspective.


Trophée de chasse

"Hunting Trophies" est un projet d'installation robotique présentant une collection de onze trophées de chasse. Les trophées sont semblables à ceux que les chasseurs peuvent arborer dans leur salon mais il s'agit ici de bustes de robots.
Chaque robot possède son propre programme interne qui réagit avec l'environnement extérieur grâce notamment à son capteur infrarouge placé sur son torse. Il peut ainsi détecter la présence d'une ou plusieurs personne, mais également son déplacement. Lorsqu'aucun spectateur se trouve face à cette collection d'espèces de robots, les trophées sont inactifs. Leurs yeux sont éteints, leurs têtes fièrement érigées vers le haut sont immobiles. Mais lorsqu'un spectateur s'avance, les robots se mettent soudainement à réagir à son approche. Ils tournent leur tête dans sa direction, leurs yeux s’allument, leurs bouches s’entrouvrent et ils comment à grogner.
Les robots peuvent suivre du regard et d'un mouvement de la tête le passage d'une personne à proximité. Si l'on s'approche plus, le robot se met alors à grogner, puis il devient de plus en plus agressif si l'on s'approche trop.
Au passage rapide d’une personne devant ce mur de trophées, une réaction en chaîne se produira telle une vague de protestation qui accompagnera le déplacement de ce spectateur. Les robots se calmeront lorsque l’agitation de la pièce s’apaisera ou lorsque les personnes s'immobiliseront.
En fonction de l’activité du spectateur les robots seront donc plus ou moins actifs et agressifs car c’est bien de cela dont il s’agit, exprimer leur mécontentement à avoir été chassés, traqués, tués, dépecés et exposés en icônes décoratives.

 

Ballerine

Dans ce triptyque "Petits Rats" de 2011 montrant un série de trois puzzles avec trois danseuses identiques, révélant chacun l'anatomie externe (l'épiderme) ou interne (système musculaire et osseux) de la même danseuse, des pièces ont été échangées entres ces dernières, telles des greffes d'organe ou de tissus entre les sujets.
Pareillement des permutations similaires ont étés effectuées entres les pièces de ce diptyque "Ballerines" de 2011 représentant une danseuse humaine et son alter ego robotique, telles des prothèses ou greffes artifcielles.
Les avancées technologiques actuelles en matière de nanotechnologies réduisent de plus en plus les frontières entre le vivant et l'artifciel, introduisant de l'artifciel dans le vivant et vice versa.
Ces frontières devenant de plus en plus perméables, nous tendons à nous diriger vers le modèle du cyborg de Donna Haraway et la notion unique de nature-culture, déconstruisant les binarismes du corps entre nature et culture, objet et sujet...
Ces petits rats d'opéra deviennent ainsi des sujets de laboratoire, des objets sociaux, des cyborgs transgenres, traduisant ainsi la disparation progressive des césures entre divers types d’individus. La toute première défnition de l’Homme et de la Femme devient caduque.

http://www.cyber-doll.com

 

Expositions

Nombreuses expositions de groupes et personnelles en Europe, Asie (Japon, Corée, Chine...), au Brésil et aux Etats-Unis. Son travail est régulièrement exposé dans des festivals internationaux autours des nouveaux média tels qu’Ars Electronica, exit, Sonar, Emoção Artifcial... tout comme dans des institutions plus traditionnelles telles ques des galeries ou des musées d’Art contemporain (CAAC à Séville, la galerie Quadrum à Lisbonne, la galerie Pascal Vanhoecke, le Palais de Tokyo à Paris) ainsi que dans des foires d’Art contemporain (ARCO à Madrid, Art Paris et SLICK à Paris...). France Cadet dirige l'atelier robotique au sein de l’école Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence, et enseigne à la renommée School of the Art Institute of Chicago.

 

Precursor of robotic art in France, member of the jury Le Cube in October 2015; France Cadet explores robotics and new medias. Her work deals with, in an ironic way, various questions in science that have brought on debate.

She first studied science before she studied art. Known for her robot and multimedia installations, focused on living which combines these two interests. A big part of her work uses commercial robot dogs, on which she practices acts of electronic surgery to customize them, transform them and reprogram them with unusual behavior. (...).

 

HoloLeçon n°32

Sexual objectification or robotic eroticism?
France Cadet once again diverts a lesson of seduction from a famous brand of lingerie by transposing the n°32 lesson into the virtual universe with this holographic projection. This animation is made from the 3D files of the previous sculpture in 3D printing: “Cyberleçon n°32” represents a cyborg with its reflection in a kneeing position and with tied fists, like those dolls with human faces in vogue in Japan. This android, with an artificial body and a human, but cold face, seems to be endowed with sexual emotions and desires, or rather with exemplary programmed obedience? Dominated ambivalence dominated, a question of desires and perspective.

 

Trophée de chasse

“Hunting Trophies” is a robotic installation project featuring a collection of eleven hunting trophies. The trophies are similar to those that hunters hang on their walls, except these busts are robots.

Each robot has its own internal program, which reacts with the external environment due to its infrared sensor placed on its torso. It can detect the presence of one or more people, but also movement. 

When no one is in front of this collection of robot species, the trophies are inactive. Their eyes are off, their heads proudly erected upwards are motionless. When a spectator advances, the robots suddenly react to their approach, their eyes light, their mouths open and they begin to groan.

The robots can follow the passage of a person by their eyes or moving their heads. If a person gets closer to the robot it will begin to growl, it will become more and more aggressive the closer you get to it.

When a person passes in front of this wall of trophies, a chain reaction will occur like a wave of protest that accompany the movement of the spectator. The robots will calm down when the atmosphere of the room is calm or when people stop moving.

Depending on the activity of the viewer, the robots will therefore be more or less active and aggressive, because this is what this collection is about, expressing their dissatisfaction at being hunted, killed, skinned and exposed as decorative icons.

 

Ballerine

The “little rats” triptych of 2011 shows a series of three puzzles with three identical dancers, each revealing the external (epidermis) or internal (muscles and bone) anatomy of the same dancer, pieces were exchanged between the external and internal, such as organs and tissue. Similar permutations were made between the pieces of this diptych “Ballerina” of 2011 depicting a human dancer and robotic alter ego, such as artificial prostheses or grafts. 

Current technological advances in nanotechnology are increasingly reducing the boundaries between the living and the artificial, introducing the artificial into the living and vice versa. 

These boundaries becoming more and more permeable, we tend to direct ourselves towards the model of the cyborg of Donna Haraway and the unique notion of nature-culture, deconstructing the binarism of the body between nature and culture, object and subject.

These “little rats” become laboratory subjects, social objects, transgender cyborgs, reflecting the progressive dissection of hyphens between different types of individuals. The first definition of man and woman become obsolete

http://www.cyber-doll.com